catherine braye2

Le 21 avril 2019, Catherine nous quittait bien trop tôt, à l'âge de 52 ans, emportée par une longue maladie.

Elle était fière de sa famille, de son parcours et de la réussite de l’examen professionnel d’administrateur qu’elle avait pris comme une revanche et comme une reconnaissance de son investissement dans le service public dont elle parlait avec passion.

Catherine avait aussi de l’humour et de l’autodérision. Des anecdotes nous pouvons tous  en relater comme son addiction au nutella (elle avait toujours quelques kilos d’avance chez elle),  son plaisir à se retrouver autour d’une table garnie, ses hésitations à prendre un dessert au chocolat après une belle choucroute car je cite « cela n’était peut-être pas raisonnable ». Nous avons eu quelques fous rires avec elle quand elle racontait ses expériences professionnelles avec des métaphores qui illustraient parfaitement son vécu.

Nous ne pouvons qu’avoir une pensée très émue pour sa famille et pour nous tous garder l’image du sourire de Catherine, un sourire qui donne de la force.

 

Voici un florilège de témoignages reçus de membres de notre réseau qui l'ont connue :

« Elle parlait souvent de sa famille, de son parcours. »

« Elle était fière d’avoir réussi cet examen alors que la maladie l’avait déjà touché. Elle l’avait pris comme une revanche. Catherine, par son parcours et sa personnalité, incarnait bien la diversité recherchée par cette voie d’accès au grade d’administrateur. »

« Elle parlait, avec beaucoup de pudeur et d’authenticité, de son parcours, de ses joies et de ses difficultés, sans omettre sa longue maladie qui l’a finalement emportée. »

« Elle  impressionnait par sa détermination et son courage, aussi bien contre le mal qui la rongeait qu’au profit de l’intérêt général et des collectivités qu’elle servait. »

« Elle aimait le service public et les valeurs qui y sont attachées. Son investissement pour l’intérêt général était une conviction et son parcours ne pouvait que conforter cette volonté de contribuer au collectif et faire progresser les idées de cohésion sociale ».

 


RETOUR à la page principale et au trombinoscope