conseil

Au fil des échanges interpersonnels et des commentaires sur ce site, les lauréats de ces examens professionnels ont été amenés à prodiguer divers conseils, tant sur le dossier écrit dont trois éléments constituent les épreuves d'admissibilité que sur l'épreuve orale qui conditionne l'admission.

Cette page a pour objet de rassembler ces différents conseils "entre collègues", complémentaires des éléments de cadrage officiels, des pages dédiées du site du CNFPT et des préparations à l'oral dispensées par le CNFPT ou d'autres organismes.

Pour mémoire, depuis 2017, le cadrage du nouvel examen professionnel d'ingénieur territorial en chef est identique à celui mis en oeuvre depuis 2014 pour les administrateurs territoriaux. Ces conseils valent donc pour les uns comme pour les autres.

Les épreuves d'admissibilité : le dossier écrit.

Tout d'abord, prenez le temps de lire attentivement tous les éléments disponibles sur les pages dédiées à ces deux examens sur le site du CNFPT : Eléments de cadrage des épreuves, bilan des sessions précédentes, foire aux questions... (lien vers les pages du site du CNFPT pour les examens professionnels d'administrateur territorial et d'ingénieur territorial en chef)  

Les trois documents ci-dessous constituant les épreuves d'admissibilité doivent être travaillés, ciselés sur le fond comme sur la forme. Ces examens sont très sélectifs et ces notes doivent montrer au jury votre capacité à occuper de manière très qualitative les fonctions des cadres d'emploi A+.

Il ne s'agit pas d'une formalité où il suffirait "d'obtenir la moyenne", mais de véritables épreuves d'admissibilité qui vous invitent à prendre une posture réflexive, exigeante... et passionnante dont on sort grandi !

- La présentation de son parcours professionnel (2 pages maximum)

Elle doit permettre de mettre en relief de manière réflexive et probante votre trajectoire professionnelle. Comment les lignes de fond singulières de votre parcours montrent ou démontrent votre capacité à occuper les missions relevant du cadre d'emploi des administrateurs ou des ingénieurs en chef qui vous seront confiées ?
Sur la forme, ce ne doit pas être un CV, mais bien une note rédigée.

- La lettre de motivation (2 pages maximum)

Elle doit, sans être redondante avec le premier document, montrer quelles sont vos motivations pour devenir un administrateur ou un ingénieur en chef, en s'appuyant sur les savoirs être et savoir faire induits par votre expérience.

- Le rapport présentant d'une réalisation professionnelle (3 pages maximum)

Elle sert à mettre en valeur une expérience probante qui démontre vos compétences transférables dans les missions d'un cadre territorial de niveau A+. Attention, ce n'est pas le projet en lui-même qui intéresse le jury, mais vous-même, votre contribution propre, votre style de management, vos compétences mis en oeuvre dans cette réalisation. On attend aussi de vous de réelles capacités d'évaluation, y compris sur vous-mêmes et vos pistes de progrès. 

L'épreuve d'admission : l'oral avec le jury (entretien avec le jury destiné à apprécier les motivations et les aptitudes du candidat)

L'épreuve orale se décompose en 2 parties.

1- Votre présentation en 3mn (précises)

L'objectif principal est d'exprimer en quoi votre trajectoire professionnelle montre, de manière probante, vos capacités à occuper les missions relevant du cadre d'emplois des administrateurs territoriaux. N'oubliez pas que le jury aura connaissance de votre dossier.
L'objectif secondaire est de proposer subtilement des sujets que vous maîtrisez pour donner envie au jury de vous questionner par la suite sur ces thèmes.

Sans note et dans ce délai très court, vous devrez donner à voir au jury :
. la dynamique de votre trajectoire professionnelle et la singularité de votre parcours,
. en quoi cela vous invite à rejoindre le cadre d'emplois des administrateurs territoriaux ou des ingénieurs en chef,
. tout en tendant des perches au jury pour des questions de relance,
. tout en montrant subtilement qu'en cas de réussite à cet examen, vous avez de bonnes chances d'être nommé, soit dans votre collectivité actuelle (sans exclure une future mobilité), soit suite à l'aboutissement de votre démarche en cours vers une collectivité ou un type de collectivités compatible avec le cadre d'emplois.

Dernier conseil : inutile d'être exhaustif, le jury a votre dossier, privilégiez les points saillants sur lesquels vous voulez attirer l'attention du jury.

2- questions/réponses

Les questions du jury concerneront d'abord votre présentation et votre dossier pendant une dizaine de minutes, puis exploreront votre culture territoriale en s'éloignant progressivement de votre zone de confort.

Il s'agit de faire des réponses à la fois pertinentes et concises (1 à 2 mn), les élevant tant que possible au niveau des enjeux et de la vision stratégique, dans une juste affirmation de soi. Bref, ce que nous développons tous les jours auprès de nos équipes de DG et nos élus !

Des questions de mise en situation peuvent aussi être posées. Il s'agit en général de situations managériales ou RH (Ex : Un de vos collaborateurs se présentent au bureau à 14h en état d'ébriété. Que faites-vous ?). Là encore les réponses doivent être pertinentes et concises. Au-delà de vos compétences, elles permettent de mettre en lumière vos postures managériales et la manière avec laquelle vous collaborez avec vos subordonnés, mais aussi vos collègues d'autres directions, vos supérieurs hiérarchiques vos élus, les usagers...

Dernière information : en 2016, le jury a donné la dernière minute de l'entretien au candidat pour ajouter un élément de son choix...

 


Retour à la page dédiée aux candidats de l'examen professionnel

RETOUR à la page principale et au trombinoscope